Español

Les flûtes andines


types de perce pour les quenas en bois



Quenas à perce cylindro-conique :

La conicité, quelques données acoustiques et musicales :
Cylindro-conique signifie que la perce est une succession de cylindre (un cylindre à partir de la tête), et de troncs de cônes à conicité convergente jusqu'au bout de la flûte.
La forme (diamètre, et pentes des cônes) de la perce est une donnée d'autant plus importante à étudier que le diamètre des trous des doigts (d) est petit par rapport au diamètre de la perce (D) au droit des trous (rapport d/D très inférieur à 1).
Dans ce cas, et par rapport à une perce stictement cylindrique, la conicité d'une partie de la perce vient corriger l'abaissement des partiels dû à la petitesse des trous, et permet d'obtenir l'octaviation des notes du premier au second registre avec les mêmes doigtés.
Ce qui est le cas par exemple pour les flûtes traversières baroques qui disposent de trous de doigts très petits (rapport d/D faible, < 0,5).
Pour la quena, ce paramètre est également sensible, bien que de moindre importance car les trous des doigts sont relativement grands (environ 9 à 10 ou 11 mm, d/D > 0,5), et la technique d'embouchure permet d'avantage d'amplitude sur la hauteur des notes, surtout celles produites par les trous les plus proches de l'embouchure, et donc les plus affectées par l'abaissement des partiels.
Cependant une perce cylindro-conique bien étudiée permet :
  • - de rechercher par construction la justesse des partiels *, et donc d'avoir un son plus riche en harmoniques,
  • - d'obtenir la gamme souhaitée sur les deux premiers registres de l'instrument avec les mêmes doigtés, ainsi qu'un troisième registre juste.

* : voir ma page "FAQ" pour une explication sur la justesse des partiels.
Ce type de perce cylindro-conique, associé au tempérament que j'applique, facilite la modulation, également pour les tonalités éloignées des tonalités « habituelles ». Cependant la quena n'étant pas un instrument chromatique, certaines tonalités sont donc à éviter. La solution consiste à employer une autre quena dans une autre tonalité (fa, la, sib, ...) permettant d'avoir une gamme diatonique dont les notes correspondent à celles de la gamme que l'on souhaite jouer.

Quenas "boliviennes" à perce cylindrique :

Ces quenas se caractérisent donc par une perce strictement cylindrique sur toute la longueur de l'instrument, mais aussi par des trous pour les doigts plus gros que pour les quenas précédentes (jusqu'à 13 mm), ce qui a pour conséquences :
  • - le rapport d/D est donc bien plus grand que pour les flûtes précédentes (environ 0,7 à 0,8),
  • - les trous des doigts très gros n'ont plus autant d'influence dans l'abaissement des partiels, car la partie de l'instrument au delà du dernier trou ouvert (le bout mort) se comporte presque comme si elle était découplée de l'instrument, sans que l'onde sonore ne s'y propage.

Ces deux particularités se conjuguent pour permettre de réaliser un alésage constant sur toute la longueur de l'instrument, tout en permettant d'avoir les mêmes doigtés sur les deux premiers registres. Cependant, sur les quenas à grosse perce (au delà de 18mm) il est nécessaire de boucher le trou 5, voire également le trou 4, pour monter un peu le fa# du second registre, et les trous 4 et 5 pour le sol5, le doigté avec tous les trous ouverts donnant un sol5 un peu bas.


 
Accueil
 
Flûtes baroques
 
Flûtes andines
 
Vente et services
 
Entretien
 
Liste des prix
 
Galeries photos
 
 
Actualités
 
Me contacter
 
Liens
 


Pierre Etchegoyen
rue Emile Bouy
19190 Aubazine
France

Tél. +33 6 14 36 31 96

Professional registration number (SIRET) : 39156701300035